Dans le cadre de la Biennale « Mons Capitale culturelle », le BAM (Beaux-Arts de Mons)  accueille à partir d’aujourd’hui, et jusqu’au 13 janvier, la première grande rétrospective de Niki de Saint Phalle en Belgique.

Forte de plus de 140 œuvres, l’exposition intitulée « Ici, tout est possible » est la première grande rétrospective consacrée à l’œuvre de l’artiste en Belgique. Novatrice et pionnière, Niki de Saint Phalle a engendré un œuvre vaste et complexe au cours de ses 50 ans de carrière. Le titre de l’exposition « Ici, tout est possible » est une phrase prononcée par l’artiste pour qualifier son jardin de sculptures monumentales, Le Jardin des Tarots en Toscane (Italie). Il est aussi révélateur de la démarche de Niki de Saint Phalle en filigrane de tout son art : une infinité de possibilités. Cette perspective sert de toile de fond à l’exposition, qui entend illustrer la technique de l’artiste et montrer comment son imagination débridée et sa vision originale du monde lui ont permis de transcender l’espace habituellement dévolu aux hommes et de s’imposer dans le cénacle des artistes les plus importantes du XXe siècle. L’exposition occupera deux étages du musée et retracera chronologiquement l’évolution créatrice de l’artiste, de ses premiers assemblages et tableaux des années 1950 aux célèbres « Tirs » du début des années 1960, en passant par ses sculptures de mariées et de parturientes du milieu des années 1960 et ses Nanas, hymne à la féminité, restées emblématiques de son œuvre. Des maquettes, des esquisses préparatoires et les plans de ses sculptures en plein air, dont la Nana Maison II, des fontaines et des aires de jeux, des maquettes de décors de scène, des croquis et des tournages de ses productions théâtrales composeront aussi l’exposition. Citons encore ses deux longs métrages, ses sculptures à la croisée du récit et du rêve et enfin son jardin de sculptures monumentales, Le Jardin des Tarots, en Toscane (Italie), figuré par de grandes maquettes et des visuels. La vie et l’œuvre de Niki de Saint Phalle sont inextricablement liées. L’exposition montrera qu’en dépit de la pluralité de sa démarche, l’œuvre de Niki de Saint Phalle est un miroir fidèle de ses préoccupations : enjeux sociopolitiques, colère, violence, participation, amour, joie, mythologie et contes de fées, sans oublier la féminité. Ces thèmes s’articulent autour de trois axes. Le premier est personnel. L’art fut pour elle une méditation subjective, une catharsis à l’heure de surmonter une épreuve personnelle. Le deuxième est politique. Elle défie le patriarcat, la religion et la politique de son époque. Le troisième est plus universel. Il trahit sa soif de liberté et son désir de transmettre la joie à ceux qui viennent à la rencontre de son œuvre. Ces trois pistes échappent à toute chronologie. Elles reviennent en leitmotiv dans l’ensemble de son œuvre, voire dans un même corpus. L’exposition entend éveiller le visiteur à mesure qu’il chemine dans la scénographie.

Consciente très tôt que son identité de femme serait un frein et face à la domination de la sphère physique et intellectuelle par les hommes, Niki de Saint Phalle a voulu devenir leur égale. Elle avait compris que pour y parvenir, elle devrait défier le système et s’approprier cette sphère (masculine). Cette volonté l’a poussée vers une démarche artistique décomplexée et libérée, non inféodée aux galeries ou aux musées : peinture, sculpture, collaboration avec d’autres artistes et la performance, création d’œuvres devant un public invité à participer, qui connut un grand retentissement médiatique. L’artiste a également réalisé de grands chantiers architecturaux et s’est illustrée au théâtre et au cinéma. Autant d’occasions de transmettre son art à un vaste public dans un milieu jusque-là réservé aux hommes. « Ici tout est possible » entend illustrer les multiples façons dont Niki de Saint Phalle a concrétisé son désir de devenir l’égale des hommes. L’exposition montrera comment, par sa démarche inventive, audacieuse et provocante, elle a constamment repoussé les limites de l’art. Elle a varié les techniques, multiplié les formes artistiques, pour montrer que tout était possible.

 

À noter que 3 œuvres sont installées en Centre-Ville : dans le jardin du BAM, au jardin du Mayeur et dans le parc du Beffroi. Ces grandes sculptures publiques habitent la ville et font ainsi le lien entre le musée et l’espace public, thématique si chère à l’artiste.

NIKI DE SAINT PHALLE « ICI TOUT EST POSSIBLE ». Du 15 septembre 2018 au 13 janvier 2019. Du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00 Fermeture à 17h00 le 24.12.17 et le 31.12.17 BAM (Beaux-Arts Mons) Rue Neuve, 8 – 7000 Mons www.bam.mons.be – 065 40 53 30