Créée il y a 7 ans, à l’initiative de l’Adie, une ONG française, de BNP Paribas Fortis et du Fonds Européen d’Investissement, microStart soutient les exclus du système bancaire classique (petits indépendants, chômeurs, allocataires du CPAS…) dans la création et le développement de leur propre activité, en octroyant des prêts de petite taille à de grandes idées.  microStart est aujourd’hui la principale institution de microcrédit en Belgique.

“Nos clients ont les poches vides, mais des idées plein la tête. Ils démontrent chaque jour que l’esprit d’initiative est bel et bien présent en Belgique y compris chez les plus démunis ». _ Patrick Sapy, CEO de microStart

microStart est aujourd’hui un moteur pour la création de richesses générant des retombées positives dont l’effet rejaillit sur l’ensemble de la société : création d’emplois durables, formalisation de situations jusque là précaires ou exercées dans le secteur informel, augmentation des contributions fiscales et sociales, accès au crédit…

2018 : microStart passe la barre des 30 millions d’euros de crédits alloués 

Grâce à un mécanisme de prêts entre 500 et 15.000 euros microStart accompagne les entrepreneurs dans la construction et l’évolution de leur activité professionnelle. Avec un montant de crédit moyen de 8.350 euros, l’organisme de microcrédit a soutenu depuis 2011 pas moins de 2853 projets d’entreprise, et permis la création de 2283 nouveaux emplois en Belgique et 1542 en Wallonie.

De petits prêts en petits prêts microStart met en place un système de microcrédits progressifs en accord avec le développement de chaque activité. Au fur et à mesure que le projet prend de l’ampleur, le microentrepreneur reçoit des conseils personnalisés et un accompagnement financier à la hauteur de sa progression.

Ainsi, le microentrepreneuriat grandit en Belgique et microStart avec lui ! Un cercle vertueux qui fait aujourd’hui les preuves de son efficacité avec plus de 30 millions d’euros de microcrédits octroyés depuis 2011.

Une demande de plus en plus importante 

Depuis sa création, les demandes de crédit auprès de microStart ne font qu’augmenter. En 7 ans, l’institution est entrée en contact avec plus de 18.224 potentiels micro-entrepreneurs dont 13.259 rien qu’en Wallonie et à Bruxelles.

Une progression qui s’explique par la mise en place, depuis 2015, d’un réseau d’agences de proximité (Bruxelles, Liège, Gand, Anvers et Charleroi) qui apportent de la stabilité à l’institution de microcrédit. Un ancrage local qui permet d’accueillir des profils plus variés de candidats entrepreneurs. En témoigne le profil sociodémographique des entrepreneurs pour l’année 2018 : 69 % sont des hommes et 62 % sont nés à l’étranger (7% sont des réfugiés en provenance de Syrie et d’Irak), 23 % d’entre ont des difficultés de lecture et d’écriture et 54 % n’ont pas dépassé les études secondaires.

La diversité des activités générée par microStart est également très large. L’éventail des secteurs les plus fréquemment rencontrés est ainsi réparti : les commerces (35 %), les services (23 %), l’artisanat (5 %), l’Horeca (19 %) et les transports (13 %). Une diversité de profils et de secteurs qui fait la richesse de l’entrepreneuriat en Belgique.

Plus que jamais, microStart défend avec force des valeurs comme la confiance, la solidarité, le respect, le professionnalisme et l’innovation. Pour que chacun ait l’opportunité de prendre son destin en main, microStart défend le droit fondamental à l’initiative économique pour tous, sans distinction de revenu, de niveau d’éducation, d’âge ou d’origine. Des caractéristiques qui n’influencent en rien leur fiabilité, comme le prouve le taux  2018 de remboursement des microcrédits (91 %).

Ils sont passés par microStart 

Cécilia Ntrlo-Wa-Leko – Crêche inclusive 

Cécilia n’a que 20 ans quand elle décide de créer une ferme pédagogique de réinsertion. Un projet ambitieux et onéreux. La jeune femme prend le temps de réfléchir et décide de mettre en place une structure plus modeste, mais toujours à finalité sociale : une crèche inclusive qui mélange des enfants sourds et des enfants entendants. 

“J’ai essuyé quatre refus avant que la BNP Parisbas Fortis me redirige vers microStart. L’organisme de crédit m’a soutenu et me soutient toujours. Il ne se contente pas de prêter des fonds, il y a un réel soutien, une équipe est dernière nous. C’est très porteur”. 

En 2018, Cécilia, ouvre Zarafa ASBL grâce à un financement de 15.000 euros chez microStart. Un  projet qui a été récompensé par le prix “entrepreneuriat au féminin” lors de la semaine du microcrédit. 

Thomas – Boutique Intuitions à Charleroi

Indépendant depuis quelques années, Thomas travaille dans la vente avant de décider de se lancer à son compte. Il décide de reprendre un commerce de vêtements de cérémonie, qu’il connaît bien pour y avoir travaillé, dans le centre de Charleroi. 

Malgré la concurrence, il n’hésite pas une seconde ! Il dispose du réseau et du savoir-faire dans ce secteur. Après avoir consenti d’importants investissements, il contacte microStart pour un prêt de trésorerie de 5.000 €.

Grâce à ce coup de pouce, son activité se développe au-delà de ses espérances. Il a embauché une employée et rêve maintenant de sa deuxième boutique, à La Louvière !

Dogan Ates – Retouches et coutures

Âgé actuellement de 27 ans, Dogan a commencé à faire des retouches et à s’intéresser à la couture dès l’adolescence. Arrivé en Belgique en 2010, il a dû patienter 5 ans avant de lancer son magasin “Couture Star” à Liège grâce à un prêt de 8.000 euros chez microStart. Il offre des services diversifiés, il coud, fait des retouches sur le cuir, les rideaux, les vêtements, etc. Depuis 2017, il offre également un service de repassage et vend de la maroquinerie. Dogan Ates a été élu meilleur entrepreneur dans la catégorie “Entrepreneur du monde” et “le prix du public” de 2018, lors de septième semaine du microcrédit. 

Info : https://microstart.be/fr