Depuis 50 ans en résidence à Mons, et 60 ans d’existence, l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie propose des concerts de qualité, dans le monde entier.

L’ORCW est le plus ancien orchestre de chambre de Belgique et l’un des plus anciens en Europe ! Il est aussi le partenaire privilégié du Concours Reine Élisabeth.

C’est un véritable grand ambassadeur de la Culture et de la ville de Mons.

Un peu d’histoire

L’histoire de l’ORCW commence en 1958, lorsque Lola Bobesco crée « Les Solistes de Bruxelles », renommé par la suite « Ensemble d’archets Eugène Ysaye » et reconnu aujourd’hui en tant qu’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie (ORCW).

De 2003 à 2013, l’ORCW a bénéficié de l’immense renommée de son directeur Musical et Chef principal, Augustin Dumay. Sous sa direction, l’orchestre a été invité régulièrement dans des festivals et centres importants, en Belgique bien sûr, mais aussi en France, en Suisse, en Chine, etc.

En 2014, Frank Braley a succédé à Augustin Dumay, toujours avec beaucoup d’enthousiasme. Sous la direction de son violon conducteur, Jean-François Chamberlan, l’ORCW se produit régulièrement en Belgique et particulièrement au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Frank Braley, directeur Musical de l’ORCW

Frank Braley est professeur au Conservatoire de Paris depuis septembre 2011, et directeur Musical de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie depuis 2014.

En 1991, Frank Braley n’a que 22 ans lorsqu’il se présente pour la première fois à un concours international : le prestigieux Concours Reine Élisabeth de Belgique. Il remportera le Premier Grand Prix et le Prix du Public. Le public et la presse s’accordent d’emblée à reconnaître en lui un «grand» lauréat, aux qualités musicales et poétiques exceptionnelles.

Cette notoriété lui ouvrira la porte des plus grandes salles dans le monde entier.

Les musiciens de l’ORCW

De base l’orchestre est composé de 12 musiciens avec Jean-François Chamberlan, violon conducteur. Violons : Jean-Frédéric Molard – Isabelle Bonesire – Pascal Schmidt – Pascal Crismer – Marc Tillema et Isabelle Scoubeau. Altos : Anne Pingen et Kela Canka.

Basses : Hans Vandaele et Édith Baugnies, violoncelles et Philippe Cormann, contrebasse.

Mais la formation peut aussi régulièrement compter jusqu’à 30 musiciens !

À noter que la plupart sont professeurs ou directeurs d’Académie ou de Conservatoires.

Laurent Fack, directeur de l’Orchestre Royal de Wallonie

Quand nous avons demandé à Laurent Fack de nous parler de son parcours, il nous a répondu en toute modestie : «  Moi, ce n’est pas important ! Ce sont les musiciens qui sont importants !  Disons simplement que je suis issu d’une Université en sciences de gestion, assurances et finances. À 20 ans, j’y ai fondé 12  cercles culturels et j’y ai organisé mes premiers concerts en musique classique, dont le premier avec un lauréat du Concours Reine Élisabeth. »

Mais les fonctions de Laurent Fack vont bien au-delà de l’ORCW. Il est en autre : Trésorier de la Chambre Patronale des Employeurs Permanents des Arts du Spectacle, Membre de différentes commissions : fédéral belge, paritaire du Spectacle du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale, du Gouvernement fédéral belge, etc.

Il est également administrateur de plusieurs institutions culturelles.

L’ORCW en radio et TV

Laurent Fack nous rappelle les nombreuses interventions télévisées et radio de l’Orchestre :

« Nous faisons, en moyenne,  20 journaux télévisés et parlés par an.   Vivacité vient de diffuser 5 reportages. On nous retrouvera également  prochainement dans le « face à face » de RTL TVI, et en avril dans leur JT. Nous sommes intervenus dans 5 JT ces derniers mois sur la RTB.  Plusieurs fois sur Bel-RTL (4 fois en UN mois !) Sans oublier, évidemment, les nombreux passages sur Musiq’3- La Première et Vivacité et sur les Télévisions locales.

Nos captations TV sont diffusées souvent sur la RTBF, et même sur des chaînes françaises, par exemple, chez Laurence Ferrari. »

L’ORCW une réputation Internationale 

L’orchestre qui a acquis aujourd’hui une réputation internationale se produit régulièrement  à l’étranger, avec en moyenne 10 concerts par an. L’ORCW a été ainsi le premier orchestre européen à aller jouer dans la cité interdite à Pékin, mais aussi dans  les plus grandes salles et festivals de France (Théâtre des Champs Élysée, Château de Versailles…).

Il est de nouveau invité à jouer à, Abu Dhabi, Alger, Paris, Bucarest, Barcelone …

L’ORCW jouera à Colmar les 6 et 7 avril et en Normandie les 28 et 29 septembre 2018.

En 2019, ils joueront à La chaux de fonds en Suisse (une des plus belles salles de Suisse), au Théâtre du Vésinet (près de Paris) et de nouveau à Colmar, etc.

Soulignons ici le courage des musiciens en permanence sur les routes et dans les avions !

L’ORCW joue partout

L’ORCW enregistre près de 100.000 spectateurs par an, depuis 60 ans. Ce sont  80 concerts dans  30 villes différentes ; c’est plus que des rock stars !

« On nous retrouve partout : dans les lieux importants et dans les petites communes ; dans les hôpitaux (CHU de Liège pour les 30 ans du Télévie en avril), les homes (souvent leur denier concert « live »), les écoles (souvent leur premier concert « live »),  le métro, à Pari Daïza, les prisons , en discothèque  et au Bozar de Bruxelles, à la Chapelle Musicale Reine Élisabeth, au Palais Royal et bien sûr  au Concours Reine Élisabeth depuis 20 ans. »

De tous les styles

« Même si on fait essentiellement de la musique classique, l’ORCW touche toutes les musiques, comme pour les 40 ans de Machiavel, l’ouverture des Francofolies de Spa, la cérémonie des 40 ans de Philip Catherine, le projet jazz avec Steve Houben et Nathalie Lorier, etc. Nous accompagnons également  des musiciens du monde arabe.

Et tout ceci dans beaucoup de styles différents : concerts (évidemment), théâtre musical, opéra … »

Populaire et proche de son public

« Nous voulons surtout être un orchestre populaire et proche des gens avec des artistes belges que l’on soutient, mais aussi des artistes internationaux de 1er plan que nous faisons venir à Mons. À noter que nous offrons la gratuité des concerts pour les moins de 25 ans. »

Séduire les jeunes avec   « ORCW for Kids »

« Une de nos volontés est de démocratiser la musique classique,  dépoussiérer son image, et séduire les jeunes. C’est ainsi qu’en mars nous avons joué pour 140 classes d’enfants, de la 3e maternelle à la 6e primaire. Au total 3000 enfants – 17 représentations et 5 spectacles. Ils  ont ainsi pu découvrir les émotions que peut procurer la musique. 

Nous avons également plusieurs projets avec les Conservatoires, encore avec des jeunes, mais ici ce sont des jeunes artistes. »

Au vu de l’étendue du répertoire et de la connaissance des musiciens, tous vos rêves de concerts sont possibles.

« L’ORCW peut jouer partout, dans toute salle ou tout lieu. »

Laurent Fack, nous explique : « Soyons fous et inventifs. On peut jouer pour les enfants d’une entreprise lors d’une fête, ou lors d’une soirée de prestige où l’entreprise invite son personnel et ses clients VIP pour les remercier ou lancer un nouveau projet. 

50 minutes de sérénités dans une vie souvent tumultueuse.  De plus nous aimons jouer dans des lieux décalés. Le but est d’aller jouer où sont les gens.  

Nous avons déjà joué dans des prisons, des homes, des hôpitaux, des granges, la salle d’un conseil d’administration d’une entreprise, les écoles….  Et donc, pourquoi pas dans une entreprise ? (Et, en plus ce rêve est possible à partir de 4.000€, vous avez la possibilité d’avoir un orchestre chez vous pour réaliser ce rêve, il vous suffit de les contacter au 065 84 70 44 – www.orcw.be)

« Quel bonheur de pouvoir procurer de l’émotion grâce à la musique ! » Conclut Laurent Fack. 

Chrysline